Collectif Ethique sur l’étiquette
Titre
Newsletter

Campagne par email

jlalard@yahoo.com ;n.ajaltouni@ethique-sur-etiquette.org

Madame, Monsieur,

Gagner un salaire qui permet de subvenir aux besoins de sa famille sans devoir réaliser des heures supplémentaires est un droit humain fondamental. L’alliance pour l’Asia Floor Wage, une coalition grandissante en Asie d’organisations de défense des droits des travailleurs de l’habillement dans les principaux pays de production, a établi un mode de calcul concret et réaliste pour définir un salaire minimum vital dans le secteur de l’habillement.

Je demande à votre entreprise de s’engager publiquement à agir pour mettre en oeuvre un salaire minimum vital tenant compte du standard proposé par l’alliance Asia Floor Wage et de prendre des mesures proactives pour assurer que tous les travailleurs qui confectionnent des vêtements pour votre société soient payés au minimum selon ce standard.

En tant qu’important acheteur de vêtements sur le marché asiatique, votre entreprise doit garantir que le droit à un salaire minimum vital est garanti pour les femmes et les hommes qui fabriquent les vêtements que vous vendez. Je vous remercie de me tenir informé de tout engagement et de toute démarche concrète que vous entreprendriez en ce sens.

Sincères salutations,

Merci d'avoir participé à cette action. Votre message a été envoyé à Aldi, Carrefour, Lidl, Tesco et Walmart. N'hésitez pas à vous inscrire à la mailing-list auprès de info@ethique-sur-etiquette.org pour vous tenir informé(e)s des campagnes et évènements du Collectif Ethique sur l'étiquette

Focus

POUR UN SALAIRE VITAL POUR LES OUVRIERS DE L’INDUSTRIE DE L’HABILLEMENT

Un salaire vital est un droit fondamental.
Pour la plupart des travailleurs qui fabriquent nos vêtements, ce droit n’est pas respecté.

Un salaire vital doit permettre au travailleur de couvrir les besoins essentiels de sa famille : alimentation, éducation, santé, logement, habillement, transport et énergie... Le salaire versé aujourd’hui aux travailleurs dans les usines de confection textile ne permet même pas aux travailleurs de nourrir ni de loger décemment leurs familles.

Les enseignes de la grande distribution ont une lourde responsabilité en matière de pratiques salariales dans leurs filières d’approvisionnement. Elles doivent s’assurer que le prix payé à leurs fournisseurs permet de rémunérer un salaire vital aux travailleu(se)rs employés dans les usines de confection. Or la pression qu’elles exercent sur leurs fournisseurs ne permet pas la mise en oeuvre de salaires décents en bout de chaîne.

Assurer une rémunération décente aux ouvriers des usines textiles passe par un changement des pratiques des enseignes de la grande distribution.

Ces entreprises ont longtemps balayé cette exigence d’un revers de la main, arguant qu’il est impossible de déterminer concrètement le montant d’un salaire minimum vital. Cela n’est pas acceptable. Aujourd’hui, en Asie, une coalition d’organisations de défense des droits des travailleurs a mis une proposition concrète sur la table : une manière simple de calculer un salaire décent, sur une base identique pour tous les travailleurs de l’habillement en Asie. C’est l’Asia Floor Wage (salaire plancher asiatique).

Les grands distributeurs ont donc aujourd’hui l’opportunité de s’engager concrètement pour mettre un terme à la pauvreté qui constitue le lot quotidien des ouvrier(e)s dans les usines de leurs sous-traitants et fournisseurs textiles. En collaborant avec l’alliance Asia Floor Wage, ils peuvent prendre des mesures pour que les travailleurs qui produisent les vêtements qu’ils vendent jouissent d’un salaire vital.

A vous d’agir ! Ecrivez à Aldi, Carrefour, Lidl, Tesco et Walmart.

Campagne en cours


Actualités

Notre bilan : Rana Plaza, 3 ans après - 5 décembre 2016 Alterécoplus : Comment les multinationales ont essayé d’échapper à leur devoir de (...) - 2 décembre 2016 Huffington Post : le drame du Rana Plaza, a inspiré cette loi adoptée par (...) - 30 novembre 2016 Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de (...) - 30 novembre 2016 Toutes les actualités