Collectif Ethique sur l’étiquette
Titre
Newsletter

Les Droits de l’Homme… aussi au travail



JPEG - 22.6 ko

Tous les travailleur-euse-s ont des droits reconnus par des textes internationaux comme la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ils sont encadrés par l’Organisation internationale du travail (OIT).

L’OIT est l’Institution des Nations unies chargée d’élaborer et de superviser les normes internationales du travail, appelées « conventions ». Elles fixent des règles visant à améliorer les conditions de travail des hommes et des femmes dans le monde. Elles s’appliquent à tous les pays et pour tout type de travail.

Ces droits constituent un socle minimum à partir duquel les syndicats peuvent négocier dans chaque pays pour obtenir des améliorations. Dans beaucoup de pays la violation de ces droits est monnaie courante.

Dans les pays où les droits des travailleur-euse-s ne sont pas appliqués par les États, les multinationales profitent d’une main-d’œuvre vulnérable.

Les États ont la responsabilité d’appliquer les normes internationales du travail et de protéger les travailleur-euse-s. Mais très souvent, c’est loin d’être le cas : pour inciter les multinationales à s’installer et à investir de l’argent dans leur pays, certains États leur ouvrent les portes sans demander de contrepartie, notamment en acceptant que les lois du travail ne soient pas respectées. Les multinationales bénéficient ainsi d’avantages fiscaux, douaniers et réglementaires, et donc d’une main d’œuvre bon marché et très vulnérable.


Documents à télécharger

  Revenir au poster animé

Liens utiles