Collectif Ethique sur l’étiquette
Titre
Newsletter

Si le salaire des ouvrier-ère-s de la confection augmentait

c

Les bénéfices des grandes marques sont tellement importants qu’en réduisant un peu leur marge, elles pourraient permettre aux ouvrier-ère-s qui fabriquent leurs produits de recevoir un salaire décent, sans que le prix du vêtement augmente.

Par exemple : sur une chemise vendue 8 €, l’ouvrier-ère qui l’a confectionnée ne touche que 24 centimes. Doubler son salaire ne se traduirait donc pas par un surcoût important pour le/la consommateur-trice, et encore moins pour les multinationales qui réalisent des millions d’euros de bénéfices chaque année.

Focus

a) Le prix des vêtements doublerait !.
b) Les grandes marques de vêtements seraient en faillite.
c) Rien ne changerait pour le consommateur : en réduisant sa marge, la marque pourrait continuer à proposer ses vêtements au même prix.

Campagne en cours


Actualités

Notre bilan : Rana Plaza, 3 ans après - 5 décembre 2016 Alterécoplus : Comment les multinationales ont essayé d’échapper à leur devoir de (...) - 2 décembre 2016 Huffington Post : le drame du Rana Plaza, a inspiré cette loi adoptée par (...) - 30 novembre 2016 Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de (...) - 30 novembre 2016 Toutes les actualités