Collectif Ethique sur l’étiquette
Titre
Newsletter

Thaïlande : L’injustice Triumph



Plus de détails sur cet Appel :

En temps de récession économique, on le sait, les entreprises restructurent, licencient et repensent leurs investissements. Ce que l’on sait moins, c’est que certaines multinationales tentent d’utiliser la crise pour se débarrasser de syndicats “gênants” sur leurs lieux de production. La firme allemande Triumph invoque ainsi la récession économique comme raison pour fermer une usine thaïlandaise et licencier la moitié des employés d’une seconde, où des syndicats étaient implantés. Pourtant, au même moment, les effectifs d’autres usines sous-traitantes de cette marque augmentent. Le tout dans un contexte de répression anti-syndicale : alors qu’ils manifestaient pacifiquement contre cette décision devant le parlement thaïlandais, les ouvriers de ces usines ont été réprimés de manière violente par les forces de police, et trois représentants syndicaux sont aujourd’hui menacés d’arrestation.

« Inspirés par l’héritage familial, nous respectons les normes éthiques et sociales les plus élevées (…) »(1). Tel est l’engagement public de Triumph, multina-tionale de lingerie fondée en Allemagne il y a plus de 120 ans. Avec un chiffre d’affaires de près de 2,5 ?milliards de francs suisses en 2007 (soit environ 1,6 milliard d’euros), plus de 43 ?000 employés à travers le monde, 1 ?620 points de vente et la distribution d’autres marques comme Sloggi, Valisere ou HOM, la société allemande est un des leaders mondiaux de la confection de sous-vêtements. Rien de plus normal qu’une entreprise de cette taille s’engage, via un code de conduite, à respecter les droits des travailleurs qui fabriquent ses produits. Dès lors, comment expliquer que des ouvriers thaïlandais qui avaient constitué des syndicats représentatifs dans leur usine se retrouvent soudain à la porte, sans négociation préalable, alors qu’au même moment d’autres usines non syndiquées sous-traitantes de la marque voient leur effectif augmenter ?

Des milliers de licenciements irréguliers

En mai 2009, un fabricant de Triumph en Thailande, Worldwell Garment Company, ferme en mettant l’ensemble de ses employés à la porte, sans verser le dernier salaire ni les indemnités de licenciement. Le 29 juin, c’est au tour de l’usine Body Fashion Thailand, filiale de Triumph, d’annoncer le licenciement d’environ la moitié de ses 4 ?200 employés. Dans les deux cas, la direction de Triumph n’a conduit aucune négociation transparente et anticipée avec les syndicats, comme l’exigent pourtant les normes internationales(2) du travail auxquelles la société se réfère dans son code de conduite(3).
Interpellée sur ces fermetures soudaines, la marque allemande invoque une réduction de la demande des consommateurs engendrée par la récession économique mondiale. D’où la “nécessité” pour Triumph de « ?réduire la production afin de s’aligner sur les commandes des clients et de répondre aux besoins d’une bonne gestion des affaires »(4). Mais selon les organisations syndicales locales, l’objectif réel de Triumph est d’entraver la syndicalisation dans ses usines. En effet, en même temps qu’elle ferme les départements et les usines dans lesquelles les syndicats sont les plus forts, la firme augmente la production dans une autre usine sous-traitante du nord du pays, où aucun syndicat démocratiquement élu n’est implanté…

Manifestants réprimés, leaders syndicaux accusés

Voila plus d’un an que les syndicats de Triumph en Thailande sont victimes de comportements antisyndicaux de la part de la direction des usines. Suite aux annonces de la multinationale, ils décident de manifester. Le 27 août dernier, des centaines de travailleurs et représentants syndicaux se rassemblent donc devant le Parlement thaïlandais pour remettre une pétition au Premier Ministre, Abhisit Vejjajiva. Mais ce dernier refuse de les rencontrer. Pire encore, les forces de police utilisent contre les manifestants un « dispositif acoustique de grande portée », une arme militaire controversée émettant des sons à très haute intensité qui provoquent des douleurs insupportables et peuvent causer de graves lésions auditives.
De plus, la police émet des mandats d’arrêt contre Bunrawd Saiwong, secrétaire du syndicat Triumph International Thailand Labour Union (TITLU), Jitra Kotchadej, consultante indépendante du TITLU, et Sunthorn Boonyod, responsable de l’organisation syndicale Labour Congress Centre for Labour Unions of Thailand, accusés d’avoir violé une loi relative à la sécurité intérieure. Or cette loi, qui interdit les manifestations de plus de dix personnes dans le district de Dusit à Bangkok, est très critiquée par les organisations de défense des droits de l’Homme car elle entrave abusivement les libertés de rassemblement et d’expression.

Afin d’affronter cette situation, les organisations thaïlandaises en appellent doublement à notre solidarité pour interpeller Triumph International et le Premier Ministre thaïlandais sur leurs responsabilités respectives.

Notes :
(1) “Déclaration de mission” de Triumph International du 1er novembre 2007
(2) En particulier les dispositions de la Convention n° 158 de l’OIT et des principes directeurs de l’OCDE qui exigent des entreprises qu’elles négocient, mettent en place un plan de réduction de personnel avec le syndicat, et fournissent des informations détaillées justifiant les décisions qui sous-tendent ce plan.
(3) Ce code est téléchargeable (en anglais) sur : www.triumph.com/nl/cw_assets/gwf_pdf/Code_of_Conduct_GB.pdf
(4) Propos rapportés par Joe Ayling dans“Triumph announces 3,616 job losses in Asia”, Just-style, 29 juin 2009

Pour en savoir plus :

Notre partenaire local : la Thai Labour Campaign www.thailabour.org

Organisation thaïlandaise de défense des droits des travailleurs, la Thai Labour Campaign a été créée en 2000. Elle a pour priorités la liberté syndicale, les droits des migrants, les droits des femmes et les conséquences des accords de libre échange. En 2006, Peuples Solidaires avait lancé un WebAppel Urgent en soutien à sa directrice, Lek Yimprasert, accusée de diffamation par l’entreprise Publicis. La multinationale avait retiré sa plainte.

Le passif de Triumph

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise Triumph est épinglée en matière de droits de l’Homme. En 2002, Triumph restait présente en Birmanie (Myanmar) malgré l’appel du Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi demandant aux entreprises de quitter le pays dans un contexte où la junte profitait des investissements étrangers pour renforcer son pouvoir. Suite à l’Appel Urgent lancé par Peuples Solidaires et d’autres organisations (Appel n°234 du 4 avril 2001), la firme s’était toutefois retirée.

L’un des leaders mondiaux de la lingerie, le groupe Triumph, a fermé une usine thaïlandaise et annoncé un licenciement massif dans une seconde. Rien de plus classique en temps de crise… Sauf que dans le même temps, les effectifs augmentent chez d’autres sous-traitants. Et que, curieusement, les usines touchées sont précisément celles où les ouvriers s’étaient organisés en syndicat pour faire valoir leurs droits. Le tout dans un contexte de répression policière de celles et ceux qui osent exprimer leur mécontentement.Les organisations thaïlandaises en appellent donc à la solidarité internationale.

Documents à télécharger

  Appel urgent n°330